Category Archives: Engie

Engie RSE

Faible performance des sociétés d’énergie renouvelable sur les droits humains

Si le développement des énergies renouvelables est bénéfique pour lutter contre le dérèglement climatique, il ne protège pas de toutes les atteintes à l’environnement ou des violations des droits humains. Ce dernier point est d’ailleurs encore insuffisamment exploré (voir IE). A cet égard, Continue reading →

Loyauté des pratiques

Depuis la libéralisation du marché de l’énergie en France, la guerre est ouverte entre les opérateurs, en particulier entre Engie et EDF. Fin 2017, le tribunal de commerce de Nanterre a condamné Engie à payer 150 000 euros de dommages et intérêts à EDF pour des pratiques commerciales déloyales. Mais Engie a fait appel. Le 14 mars, la cour d’appel de Versailles a confirmé le jugement portant la sanction à 1 million d’euros. Le tribunal reproche à l’entreprise de ne pas avoir engagé les moyens nécessaires Continue reading →

Des investisseurs réclament plus de transparence sur le lobbying climatique de cinquante-cinq sociétés

Les activités de lobbying des grandes entreprises, en particulier celles concernant les questions liées au climat (mais pas uniquement), sont de plus en plus observées par le monde associatif et les investisseurs financiers (voir IE). Pourtant, les informations liées à ces activités sont rares dans les rapports annuels des entreprises, comme l’atteste régulièrement l’étude annuelle réalisée par CFIE-conseil (filiale du CFIE, éditeur de cette lettre d’information). De plus, Continue reading →

Charbon

Selon une étude de l’Institute for Energy Economics and Financial Analysis (IEEFA), fermer les trois centrales à charbon qu’Engie détient en Allemagne serait, pour l’entreprise, une meilleure option que de chercher à les vendre. Et cette solution aurait la faveur des associations écologistes.

Les investisseurs veulent des progrès sur le climat et les chaînes d’approvisionnement

La communauté financière continue à s’organiser pour contrer le dérèglement climatique. En décembre 2017, des investisseurs se sont regroupés pour former la Climate Action 100+ Initiative. Son but est d’aller systématiquement au contact des entreprises qui émettent de grandes quantités de gaz à effet de serre pour leur demander d’améliorer leur gouvernance en matière de changements climatiques, de réduire leurs rejets et de renforcer leur reporting sur les impacts financiers dus au climat. En date du 27 décembre, 100 sociétés avaient été répertoriées pour faire l’objet de cet engagement, parmi lesquelles EDF, Engie, Total. Au début du mois de juillet 2018, la liste a été augmentée de 61 entreprises, dont Air France KLM, Air Liquide, Danone, Peugeot, Renault, Saint-Gobain. Ce sont désormais 289 investisseurs gérant un total de 30 000 milliards de dollars qui ont rejoint l’initiative. Le collectif relève que des progrès ont déjà été enregistrés puisque 18 % des entreprises ciblées soutiennent officiellement les recommandations du groupe de travail sur les informations financières liées au climat (Taskforce on Climate-related Financial Disclosures) et que 22 % d’entre elles se sont engagées à se fixer des objectifs établis sur des bases scientifiques pour réduire leurs émissions à long terme (science-based targets).

Mais certains observateurs constatent que les informations sociales sont encore plus difficiles à obtenir de la part des entreprises que les données environnementales et de gouvernance. C’est pourquoi, fin juin, la Workforce Disclosure Initiative (WDI), un programme coordonné par l’association d’activisme actionnarial britannique ShareAction – qui réunit plus de 100 investisseurs internationaux gérant 12 000 milliards de dollars d’actifs –, a écrit à 500 des plus importantes sociétés mondiales pour leur demander d’améliorer la qualité des informations sur les conditions de travail des travailleurs dans leur chaîne d’approvisionnement (diversité, droits sociaux, santé et sécurité…).

Les sociétés extractives françaises doivent améliorer la transparence de leurs versements aux Etats

Les entreprises extractives sont régulièrement critiquées pour leur manque de transparence en ce qui concerne les paiements réalisés au profit des gouvernements des pays dans lesquels elles exercent leurs activités, ce qui suscite des soupçons de corruption ou d’évasion fiscale et pose la question d’un juste partage de la valeur créée. Les Etats-Unis avaient été les premiers, en 2010, à manifester leur volonté de rendre obligatoire la publication de ces informations (loi Dodd-Frank), mais ils avaient tardé à appliquer Continue reading →

Engie promeut le renouvelable en France et abandonne le charbon en Australie

Actuellement, l’énergéticien français Engie produit 50 % environ de son électricité en France à partir de sources renouvelables (solaire, éolien, hydraulique). Depuis le 26 octobre, le groupe a décidé que la totalité de l’offre d’électricité proposée à ses nouveaux clients (particuliers et professionnels) proviendrait de sources renouvelables. Il complètera donc sa production en achetant des certificats (« garanties d’origine ») attestant qu’une quantité équivalente d’électricité Continue reading →

Lancement des grandes manœuvres dans le secteur des hydrocarbures ?

Le 19 avril, la compagnie pétrolière française Total annonçait au comité central d’entreprise la création d’une nouvelle division baptisée Gaz Renewables & Power [Gas, renouvelables et électricité] pour « porter l’ambition du groupe sur la chaîne de l’électricité ». Le 12 mai, c’était au tour de Gwenaëlle Huet, directrice générale de l’activité énergies renouvelables d’Engie, de déclarer que le groupe avait l’intention d’« accélérer encore plus que ce que prévoit la programmation pluriannuelle des investissements » publiée fin avril par le gouvernement français et qu’un plan d’accélération serait présenté le 26 mai à Isabelle Kocher, Continue reading →

L’Autorité de la concurrence demande à Engie des offres reflétant davantage la réalité des coûts

En octobre 2015, le fournisseur alternatif d’énergie Direct Energie a saisi l’Autorité de la concurrence pour dénoncer les pratiques tarifaires de la société Engie, qu’il juge anticoncurrentielles. Dans son jugement du 2 mai, l’Autorité estime que la compagnie fait supporter une partie des coûts commerciaux de ses offres de marché à l’intention des particuliers par les clients relevant des tarifs réglementés de vente du gaz (TRV), pour lesquels elle continue à détenir le monopole. Les offres de marché pourraient ainsi être distribuées à des tarifs inférieurs à leur coût, ce qui fragiliserait le paysage concurrentiel. L’instruction au fond doit encore Continue reading →

Engie résolument engagée dans la transition énergétique ?

Dans la foulée de l’annonce de lourdes pertes dues à d’importantes dépréciations d’actifs (8,4 milliards d’euros, principalement dans les activités de l’exploration-production de gaz de pétrole et le gaz naturel liquéfié), l’énergéticien français Engie a précisé son plan pour devenir le « leader de la transition énergétique dans le monde » : accélérer la cession des actifs thermiques, investir dans les activités bas carbone et surtout dans l’aval (efficacité énergétique, renouvelable décentralisé, réseaux de chaleur et de froid), investir dans les technologies Continue reading →

Classement des entreprises les plus critiquées au plan mondial

La société britannique Sigwatch est spécialisée dans le suivi et l’analyse des activités des ONG et des activistes. Sa principale mission consiste à aider les entreprises à maîtriser leur risque global. Sigwatch a annoncé, le 31 janvier, la parution de son étude Corporations that NGOs Loved and Hated in 2015 ?, accessible sur souscription. Elle a analysé près de 6 000 campagnes menées au cours des douze derniers mois. Shell reste la société visée par le plus grand nombre de critiques, suivie par Monsanto. Parmi les vingt entreprises les plus désapprouvées au plan mondial, on relève quatre sociétés françaises : EDF (9e entreprise la plus critiquée), Continue reading →

GDF Suez publie son premier rapport intégré et le soumet à la consultation de ses parties prenantes

GDF Suez a publié à la fin de 2014 son premier rapport intégré. S’inspirant des principes édités par l’International Integrated Reporting Council (IIRC), il vise à rendre compte « du processus de création de valeur à court, moyen et long termes de l’entreprise » et ce dans une perspective d’amélioration continue. Si le document consacre une large part de son contenu à une explication du contexte et des principaux enjeux liés aux activités ainsi qu’à la stratégie mise en place pour y répondre, l’analyse isole encore trop l’entreprise de Continue reading →

GDF Suez et Nareva inaugurent la plus grande ferme éolienne d’Afrique

La société Tarfaya Energy Company, détenue à parité par GDF Suez et Nareva, filiale de la holding de la famille royale marocaine SNI (Société nationale d’investissement), a annoncé le 15 décembre que le parc éolien de Tarfaya était désormais opérationnel. Cette ferme, située sur la façade atlantique du pays à proximité du Sahara occidental, est la plus grande du continent africain. Elle comprend 131 éoliennes, devrait atteindre un facteur de charge particulièrement élevé de 45 % grâce à la régularité des alizés de la région et développer une capacité de 301 MW.

Des énergéticiens s’engagent à lutter contre le « charbon de sang »

Cinq producteurs d’énergie ayant une activité aux Pays-Bas (E.ON, EFZ, Essent, GDF Suez Energies, Nuon) ont signé un accord pour promouvoir de bonnes conditions de travail et la sécurité des travailleurs dans les mines de charbon qui les approvisionnent, en particulier en Colombie, celle-ci fournissant 25 % du charbon consommé aux Pays-Bas. Cette décision fait suite à la publication, en juin dernier, d’un rapport de l’association néerlandaise Pax, qui pointait de sérieuses atteintes aux droits des travailleurs dans des mines colombiennes alimentant ces entreprises. Elle y relevait ainsi que dans le département de Cesar, plus de Continue reading →

Les pays riches subventionnent les énergies fossiles

L’Overseas Development Institute (ODI, un think tank britannique) et l’Oil Change International (une ONG américaine dont la mission est de mesurer les coûts réels de l’industrie pétrolière et charbonnière) s’alarment du financement par les pays développés de la recherche de nouveaux gisements d’hydrocarbures, qui encourage de fait les émissions de gaz à effet de serre. Selon leur rapport, 88 milliards de dollars ont été accordés en 2013 aux sociétés pétrolières, gazières et charbonnières sous la forme de subventions, d’exemptions d’impôts, d’aides publiques ou de financements via des banques publiques. Les pays les plus généreux sont les Continue reading →

Les Amis de la Terre lancent l’édition 2014 du prix Pinocchio

Le 9 octobre, l’association Les Amis de la Terre France, en partenariat avec le Centre de recherche et d’information pour le développement (CRID) et Peuples solidaires-ActionAid France, a lancé l’ouverture aux votes du prix Pinocchio. Ce trophée annuel est pour l’ONG l’occasion de mettre en évidence des cas concrets de violation des droits sociaux et environnementaux, et les écarts qui peuvent exister entre le discours de certaines entreprises et la réalité des faits. Les neuf entreprises nominées pour l’édition 2014 sont : EDF (charbon en Serbie), Pure Project (compensation carbone au Pérou), GDF Suez (obligations vertes), Pérenco Continue reading →

GDF Suez et ses partenaires lancent leur projet de mégacentrale à charbon au Maroc

Le consortium composé du français GDF Suez (35 %), du marocain Nareva (35 %) et du japonais Mitsui (30 %) a annoncé, le 18 septembre, avoir bouclé le financement du projet de la centrale à charbon géante de Safi au Maroc. Cette centrale, d’un coût de 2,3 milliards de dollars et qui devrait entrer en service en 2018, aura une capacité de 1 386 MW et produira un cinquième de la demande du pays. Elle utilisera la technologie « ultra supercritique », dite « charbon propre ». Certains scientifiques et les associations écologistes récusent cette appellation et reprochent aux industriels « d’induire le public en erreur » (voir Impact Entreprises n° 182). Continue reading →

Le Brésil se lance dans les gaz de schiste, GDF Suez est présent

L’Agence nationale du pétrole a adjugé, le 28 novembre, les 72 premières concessions brésiliennes (sur un total de 240) pour l’exploitation de gaz naturel et de gaz de schiste. La compagnie nationale Petrobras a obtenu 49 des 72 permis (dont 43 en tant qu’opérateur). Les 23 permis restants ont été attribués à 11 autres compagnies (seules ou en consortium), dont GDF Suez qui a pris des intérêts à hauteur de 25 % dans six blocs situés dans le bassin de Recôncavo.