Category Archives: JP Morgan

L’introduction en Bourse de Saudi Aramco va tester l’appétit des investisseurs pour les énergies fossiles

En avril 2016, le prince héritier du royaume d’Arabie saoudite avait officiellement annoncé qu’il allait faire du fonds souverain du pays le plus important du monde et que celui-ci serait alimenté grâce à la cession d’actifs pétroliers, et notamment l’introduction en Bourse d’une partie des actions de la plus grande société pétrolière mondiale, Saudi Aramco (IE n° 234). Portant sur 2 à 5 % des titres (valorisés entre 40 et 100 milliards de dollars), cette introduction devait être la plus importante jamais réalisée dans le monde. Elle constituait, pour les banques agréées pour l’organiser, un marché juteux estimé à 450 millions de dollars.

Mais le 4 octobre, le prince Mohamed ben Salman a une nouvelle fois repoussé la date d’introduction en précisant qu’elle devrait finalement avoir lieu à la fin de 2020 ou au début de 2021 (information remise en cause depuis par des rumeurs qui la situeraient dès décembre de cette année). Officiellement, ce report serait dû aux discussions relatives à une prise de participation de Saudi Aramco dans la société pétrochimique Sabic. Mais il pourrait également résulter de la faiblesse actuelle des cours du pétrole brut.

Parallèlement, le 17 octobre, dix grandes ONG ont adressé une lettre aux dirigeants de sept des neuf banques choisies pour organiser l’opération : Bank of America, Citigroup, Crédit Suisse, Goldman Sachs, HSBC, JPMorgan Chase, Morgan Stanley. Les deux banques absentes de la liste sont des banques saoudiennes. Les associations mettent en garde les établissements financiers sur le rôle qu’ils joueront dans la mise sur le marché d’actions de la plus importante société émettrice de GES de la planète. Non seulement cette introduction participera à la stratégie du royaume – qui consiste à augmenter sa production de pétrole –, mais elle lui permettra aussi de doubler sa capacité de raffinage et de poursuivre sa diversification dans le gaz et la pétrochimie. Les ONG ajoutent que cette opération ternira encore davantage l’image des banques impliquées, qui figurent déjà toutes parmi les quatorze plus importantes « banques fossiles » présentes dans le monde.

Les investissements bancaires dans les énergies fossiles les plus polluantes repartent à la hausse

Parmi les sources d’énergie fossile particulièrement visées par les ONG figurent les « sources fossiles extrêmes » (sables bitumineux, exploration arctique, gisements en eau ultraprofonde, exportation de gaz naturel liquéfié, mines de charbon, centrales à charbon) en raison de leurs caractéristiques particulièrement polluantes. Selon une étude réalisée par plusieurs organisations et publiée récemment, après une baisse sensible entre 2015 et 2016, les investissements bancaires dans ces secteurs sont repartis à la hausse Continue reading →

Les banques américaines refusent de financer l’extension d’Abbot Point (Grande Barrière de corail)

Le complexe charbonnier de Carmichael en Australie, situé sur le plus grand gisement mondial de charbon et dont l’exploitation a été attribuée à l’entreprise indienne Adani, nécessite l’extension du port (Abbot Point) pour exporter le charbon extrait (voir Impact Entreprises n° 193). Les associations écologistes s’opposent à ce projet qui, selon elles, met en danger l’un des sites les plus exceptionnels de la planète : la Grande Barrière de corail. Le réseau environnementaliste américain Rainforest Action Network vient d’annoncer qu’il avait reçu de la part de trois des plus importantes banques américaines (Citigroup, Goldman Sachs, Continue reading →

Les émissions d’“ obligations vertes ” vont-elles relever le défi climatique ?

Treize banques (Bank of America, Citi, JPMorgan Chase, Morgan Stanley, Daiwa, Deutsche Bank, Goldman Sachs, HSBC, Mizuho Securities, Rabobank, Skandinaviska Enskilda Banken et les françaises BNP Paribas et Crédit agricole CIB) ont adhéré aux Green Bond Principles (GBP) établis par l’organisation à but non lucratif américaine Ceres, spécialisée dans les enjeux de développement durable liés à l’économie. Les GBP encouragent une plus grande transparence sur les émissions d’“ obligations vertes ” afin d’accroître ce marché. Continue reading →

Des investisseurs vont demander à JPMorgan de ne plus contribuer au génocide au Soudan

Les banques sont de plus en plus souvent considérées comme ayant une part de responsabilité dans la promotion ou, à l’inverse, dans la détérioration du “ cadre sociétal ” qui entoure les affaires. Cela répond finalement à une certaine logique : en effet, si les banques répondent à la demande, elles ont également la possibilité de choisir les axes de développement dont elles estiment qu’ils sont le plus en adéquation avec leur politique et leur stratégie globale. Cette conception commence à être intégrée par les établissements bancaires. Continue reading →